Bougies : quelle cire est la meilleure?

Je n’ai même pas honte de le dire : j’aime, vraiment, beaucoup les bougies!

Sans savoir pourquoi, la dernière fois que j’ai acheté une bougie, j’ai regardé les ingrédients. Puis j’ai vu que ladite bougie était faite de cire de soja. « Ah bon! », je me suis dit.
Cependant, je ne suis pas restée sur mon « Ah bon! » . En rentrant chez moi, j’ai regardé les ingrédients de mes autres bougies et j’y ai découvert la présence de paraffine, entre autres.

Étant de nature curieuse, j’ai fait des recherches pour répondre à la question : qu’est-ce qui est nocif et qu’est-ce qui ne l’est pas pour moi en termes de cire de bougie? Toute bougie se consume en brûlant, mais où va cette cire qui s’évapore, est-ce nocif quand je respire tout ça? Pourquoi la majorité de mes bougies sont-elles faites de paraffine? Bref, j’avais mille et une questions!

La cire

Il existe trois types de cire qui peuvent être utilisées dans la fabrication de bougies. La cire minérale, la cire animale et la cire végétale.

La cire minérale

La cire minérale, dont la plus commune est la paraffine, est sans contredit la cire la plus utilisée. Loin d’être ce qu’il y a de mieux pour la santé, la paraffine est un dérivé du pétrole. Et qui dit pétrole, dit matière non renouvelable, donc une ressource qui n’est pas très écologique. Même si les bougies à la cire minérale sont les moins dispendieuses, pour notre santé (et surtout celles de nos tout petits), ce ne sont pas les meilleures options. En effet, lorsqu’elles sont brûlées, les cires de paraffine peuvent libérer dans l’air des composés organiques volatils (COV) qui sont toxiques. On y retrouve notamment l’acétone, le benzène et le toluène, des substances cancérogènes connues. Une étude réalisée par l’Université de Floride du Sud a même montré que les bougies en cire de paraffine émettent de faibles concentrations de benzène même lorsqu’elles ne sont pas allumées. Définitivement, leur achat est à bien considérer.

La cire animale

La cire animale, comme son nom l’indique, est une cire dérivée du travail animal, celui des abeilles. La cire d’abeille, aussi connue sous le nom de cératite, est très naturelle et dégage une douce odeur si elle n’est pas désodorisée.

La cire d’abeille est aussi connue pour avoir des bienfaits pour les gens souffrant de troubles respiratoires. Cependant, je tiens à préciser que je ne suis pas pneumologue. Néanmoins, avec tous les bienfaits des produits dérivés des abeilles, je ne serais pas surprise que ce soit recommandé.

La cire végétale

Du haut de mes connaissances et mes dernières recherches, c’est la cire qui dorénavant sera ma cire de choix lorsque je ferai l’achat d’une bougie. C’est une cire dite propre et végane.

Généralement, lorsqu’on parle de cire végétale, cela implique la cire de coco, la cire de soja et même celle d’abricot. Qui aurait cru qu’on pouvait faire de la cire avec des abricots! En plus d’être composées à partir d’ingrédients naturels, renouvelables et véganes, les cires végétales ont une combustion propre et naturelle. Elles n’émanent donc aucune vapeur toxique lorsqu’elles se consument.

Et puis après…

La mèche :

Il n’y a pas que de la cire dans la bougie, il y a aussi la mèche. Les deux formes de mèches les plus courantes sont celles en coton et celles en bois.

La mèche en coton est définitivement celle que l’on retrouve le plus souvent. Par contre, il est important de faire attention à la provenance du coton, afin de s’assurer que la culture soit faite dans de bonnes conditions pour les travailleurs et l’environnement. Les mèches en chanvre font de plus en plus leur apparition sur le marché.

La mèche en bois, quant à elle, requiert une plus grande attention que la mèche en coton. Il faut s’assurer de bien l’entretenir. En contrepartie, elle offre un crépitement agréable en brûlant! Encore une fois, priorisez les mèches dont le bois est certifié FSC, nous rassurant sur la gestion des forêts.

Les ciseaux à mèche :

Je croyais que c’était une mode et que ce n’était pas essentiel, jusqu’à ce que la mèche de l’une de mes bougies fasse presque éclater le contenant en verre de celle-ci.

Les instructions à suivre sur les bougies, ce n’est pas juste pour faire joli ! Bien évidemment, il y a une partie de bon sens, par exemple, de ne pas laisser une bougie allumée sans surveillance. Mais on y retrouve également les conseils d’entretien, comme couper la mèche pour éviter un malencontreux accident. En effet, il est primordial de tailler la mèche d’une bougie avant chaque allumage. D’une part pour éviter tout drame, tel qu’un contenant qui explose ou pire, un feu. Les pompiers c’est bien gentil, mais je préfère les voir en action dans les films qu’en direct de mon salon.

Attention aussi à ne pas couper la mèche trop courte. Il ne sera alors plus possible de rallumer la bougie.

Si tu n’as pas de ciseau à bougie (et que tes ciseaux de maison ne te permettent pas d’atteindre la mèche), voici un truc reçu de l’entreprise Wanderland & co : « … pas besoin de courir pour en acheter, tu peux simplement prendre un papier mouchoir ou un morceau d’essuie-tout (pour éviter d’avoir de la suie sur les mains) et arracher la portion déjà brûlée précédemment pour laisser la hauteur requise selon les recommandations du fabricant. »

Du coup, il est temps de faire le plein de bougies naturelles, qui en plus de sentir bon, sont bonnes pour vous et la planète! Je dis ça comme ça au passage, mais il y en a plein sur la boutique de Signé Local. Non seulement elles sont de qualité, mais elles sont fabriquées ici!

Marie-Sophie

Révisé par Rédaction MF

Photo de couverture: SOJA&CO

AbeilleAchat localBougieachat localmaisonChandelleChoixCireCoco et abricotÉcoresponsableEntretienEnvironnementFait au québecMècheParaffineSoja