FAB’ : l’art de travailler le cuir, façon Québec

Fabrice Lallemand a toujours été friand du travail manuel et de l’artisanat, mais il n’a jamais pensé que son emploi en tant que photographe professionnel le mènerait un jour à confectionner toutes sortes d’accessoires écoresponsables en cuir. Lisez la suite pour découvrir comment il en est venu à créer son entreprise, FAB’, où l’élégance et le minimalisme rencontrent la qualité et la durabilité.

De photographe à artisan

FAB’ : l’art de travailler le cuir, façon Québec

Fabrice est photographe de profession. C’est en se cherchant une courroie faite à la main pour son appareil qu’il a constaté qu’il existait un besoin dans le marché local pour ce genre de produits. « Je cherchais un produit que je ne trouvais pas au Québec. » En effet, jusqu’à récemment, ces produits ne se trouvaient qu’aux États-Unis ou en Europe.

Il a donc décidé d’apprendre par lui-même comment travailler le cuir afin de se fabriquer une courroie. « Je suis assez autodidacte et je suis assez manuel à la base. » C’est en s’informant sur Internet et faisant de « l’essai/erreur » qu’il a développé ses talents en maroquinerie. Après s’être fabriqué son propre équipement, il a commencé à en fournir pour des amis et collègues photographes, qui ont permis de faire connaître ses produits grâce au bouche-à-oreille.

FAB’ : l’art de travailler le cuir, façon Québec

Travaillant dans une boutique de photo, il y a débuté la vente officielle de ses produits. Il a ensuite ouvert sa boutique Etsy en 2016 et c’est à ce moment que l’entreprise FAB’ a vu le jour. L’équipement photo que Fabrice confectionne a monté en popularité et a même obtenu du succès à l’international, avec plus de 50 % des ventes de ce type de produits qui proviennent des États-Unis, particulièrement de la Californie.

Quand le rétro revient à la mode

C’est cependant en 2019 que Fabrice a décidé de s’adonner à FAB’ à temps plein, à la suite de sa participation à un salon de la photo avec des membres élites de la communauté de photographes au Québec. « Ça a été le point tournant pour moi. J’ai pu faire connaître mes produits au grand public et ça a été un grand succès. »

FAB’ : l’art de travailler le cuir, façon Québec

Il croit que sa réussite est en partie dûe à une reprise de la tendance de posséder des appareils photo rétro, plus petits et faisant parfois usage de techniques jusqu’alors démodées, comme l’argentique. « Je suis arrivé au bon moment, j’étais pas mal le seul à proposer ces produits sur le marché , et à un prix accessible. »

Depuis, Fabrice a développé une panoplie de produits faits en cuir, que ce soit de l’équipement pour photographes ou des accessoires personnels pour tous, tels que des portefeuilles, des porte-clés, des ceintures et des sous-verres. Vous pouvez parcourir la liste complète de produits sur le site web de la compagnie.

Une tradition familiale

FAB’ : l’art de travailler le cuir, façon Québec

Fabrice n’est pas le premier de sa famille à travailler le cuir; en effet, il suit les traces de sa mère et de sa grand-mère qui ont toutes deux travaillé dans ce domaine dans le passé. « Je poursuis une tradition familiale. » D’ailleurs, sa mère lui offre du soutien depuis la dernière année en travaillant avec lui dans l’atelier de trois à quatre jours par semaine. Ceci lui permet de continuer d’opérer avec un bon roulement depuis l’augmentation du nombre de produits fabriqués et vendus, surtout pendant les périodes achalandées.

FAB’ : l’art de travailler le cuir, façon Québec

Fabrice apporte cependant une touche personnelle et moderne à sa façon d’apprêter le cuir. « Je supporte le mouvement du « slow fashion », je fabrique des produits écoresponsables et durables, avec un design minimaliste et intemporel. » De plus, il prend soin d’évaluer la provenance des matériaux qu’il utilise pour monter ses produits et choisit minutieusement les fournisseurs avec qui il fait affaires afin de s’assurer que ses produits soient soumis aux normes écologiques et environnementales les plus strictes.

Une pandémie qui pose problème

FAB’ : l’art de travailler le cuir, façon Québec

Avant que la COVID ne s’insère dans nos vies, plusieurs commandes d’équipement photo étaient passées auprès de la compagnie à partir de l’Europe. Cela dit, la pandémie a entraîné des problèmes de transport de marchandises qui ont mis des bâtons dans les roues de l’entreprise en ce qui a trait aux ventes hors Canada. D’autre part, Fabrice venait tout juste de faire le saut dans l’entrepreneuriat à temps plein, juste avant Noël 2019, et avait planifié de vendre ses produits dans plusieurs boutiques, dont plusieurs ont dû fermer leurs portes. « La COVID a été tout un défi. Ça a mis un frein à mon élan et a mené à une période imprévue. »

FAB’ : l’art de travailler le cuir, façon Québec

Malgré tout, Fabrice a adapté sa stratégie d’affaires pour vendre davantage de produits en ligne et a mis certains projets sur la glace. Par exemple, il avait originalement prévu de lancer un nouveau harnais pour photographes de mariage qui permet de soutenir un poids plus lourd. Comme la vaste majorité des mariages ont été annulés ou repoussés pendant la pandémie, Fabrice s’est adonné à d’autres projets et planifie de lancer officiellement ce produit au début de 2022. « Je n’avais jamais été travailleur autonome, donc ça m’a ébranlé au début. Mais ça m’a permis de brasser mes cartes et d’y aller différemment. »

Un avenir rempli d’opportunités

FAB’ : l’art de travailler le cuir, façon Québec

Dans les derniers mois, Fabrice a saisi l’opportunité de produire davantage de produits personnalisés pour des contrats corporatifs. Il a récemment fait affaire avec des promoteurs immobiliers en produisant des porte-clés qui sont remis avec les clés aux nouveaux propriétaires de condos, en y gravant leurs noms. « C’est encourageant de voir que des entreprises d’ici soutiennent des produits québécois. » Il a d’ailleurs investi dans une machine au laser qui lui permettra de graver ses produits et compte développer un volet dédié spécifiquement aux contrats corporatifs.

FAB’ : l’art de travailler le cuir, façon Québec

Le chemin de Fabrice n’a pas été sans embûches. Le démarrage de son entreprise a pris du temps et plusieurs personnes ont tenté de le décourager de se lancer dans le travail d’artisan et entrepreneur. C’est sa philosophie depuis les débuts de son parcours qui lui a permis de connaître le succès qu’il a aujourd’hui : « Quand t’as une idée en tête et que t’es prêt à tout faire pour que ça marche, fonce et fais-le. »

Dans les prochains mois, Fabrice compte élargir son éventail de produits, en offrant différents modèles et couleurs d’accessoires. Gardez l’œil ouvert sur les futurs projets de FAB’ en suivant son compte Facebook et Instagram.

Ariane Blondin

Révisé par Rédaction MF

ArtisanArtisanatAu coeur de l'entrepriseau coeur de l'entreprisemaisonmode localeCeintureCuirFab'ParcoursPhotographiePorte-clé