Poches & Fils : au cœur des entreprises

Poches & Fils est une entreprise québécoise reconnue pour ses vêtements avec des poches originales et uniques depuis 2015! La première poche a été conçue dans un garage de banlieue pour finalement être vendue à plus de 10 000 exemplaires dès la première année. Dans cet article on mettra de l’avant une entrevue avec Anthony Vendrame, fondateur et directeur créatif de Poches & Fils au sujet de cette extravagante et ludique compagnie d’ici!

Comment décrirais-tu ton entreprise en une phrase?

Chez Poches & Fils, on rêve d’un monde où tout le monde peut choisir sa poche!

Qui es-tu? Pourquoi avoir choisi ce domaine?

Je suis Anthony Vendrame, j’ai 31 ans. J’ai grandi dans les sports. J’ai joué au football pour les Carabins de l’Université de Montréal en même temps de faire mon baccalauréat en finances à HEC Montréal. J’ai décidé d’arrêter ma maîtrise en stratégie d’affaires en 2015 pour lancer l’entreprise. 

Je me décrirais comme un class clown qui veut avoir des A. C’est-à-dire, quelqu’un qui aime faire rire, qui a un peu de difficulté avec l’autorité, mais qui, malgré ses niaiseries, tient à performer et à rendre un travail de qualité. Aujourd’hui, j’embrasse beaucoup plus mon côté créatif en jouant dans des soirées d’improvisation et sur mon compte TikTok.

Anthony Vendrame, fondateur et directeur créatif de Poches & Fils

Anthony Vendrame, fondateur et directeur créatif de Poches & Fils

Quel est l’élément déclencheur qui t’as poussé à te lancer en affaires?

C’était clair pour moi que je ne poursuivrais pas une carrière en finance. J’avais eu quelques emplois étudiants et je rêvais d’être mon propre patron. Durant l’université, l’été, j’avais démarré un camp de football pour les jeunes. C’était ma façon de faire un peu d’argent et ça été mon premier contact avec l’entrepreneuriat.

Quel est le moment le plus marquant de ton parcours d’entrepreneur?

J’ai de la difficulté à identifier un moment précis dans l’histoire de Poches & Fils, mais je dirais que, personnellement, c’est depuis que je suis sobre et que je consulte une thérapeute. J’ai appris sur moi, appris à me choisir, appris à mieux m’écouter et je crois que ça a teinté positivement mes relations d’affaires et mes choix de gestion. J’ai mis le focus sur des projets qui me stimulent. Ça m’a permis d’améliorer mon leadership en acceptant de me montrer vulnérable et de créer une culture d’entreprise autour du jeu et un peu moins autour de la performance. Et même qu’aujourd’hui, je suis souvent invité comme conférencier pour partager mon parcours et parler de culture d’entreprise et de marque employeur.

Qu’est-ce qui te motive au travail en ce moment?

Élever les gens autour de moi. J’adore voir le potentiel dans chacun et les aider, les appuyer, les soutenir dans l’atteinte et l’expression de ce qu’ils ou elles aspirent devenir.

Quel est ton prochain projet?

La dernière année a été très difficile chez les Poches. On sort d’une grosse période de restructuration, de plusieurs coupures, etc. On se remet tranquillement sur nos pieds, donc c’est difficile à dire, mais pour 2023, j’aimerais amener notre contenu marketing à un autre niveau. Ça a toujours été une de nos forces. Maintenant, je crois qu’on doit encore pousser. Mais je n’ai rien de très concret en tête pour le moment.

Avec le recul, aurais-tu fait quelque chose différemment?

C’est tellement une question difficile, voire « piège », parce qu’au moment où j’ai pris certaines décisions, je les ai prises dans l’état d’esprit que j’étais et avec l’information que j’avais à ce moment-là. Mais si je devais nommer une chose,  ça aurait été de me faire plus confiance. Mon intuition m’a souvent servi, mais je me remets souvent en question, je doute.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui débute?

Go! Qu’est-ce que tu attends?

Quel est ton rêve le plus fou avec l’entreprise?

J’aimerais que Poches & Fils devienne au « ludique » ce que RedBull est à l’extrême. J’aimerais que la marque s’exprime dans des événements ludiques (Tournoi de Roche Papier Ciseaux, Tournoi de BeyBlade, etc.) et qu’elle dépasse le « produit » qu’est le t-shirt à poche.  

Que peut-on te souhaiter pour la suite ?

Souhaitez-moi des défis, des supers rencontres et surtout, du fun en chemin. L’entrepreneuriat m’a appris à écouter, à valoriser et à accueillir le point de vue des autres. Il y a des gens bien meilleurs que moi pour bien des affaires, et je dois leur faire confiance. Et ce, même si je ne comprends pas exactement leur démarche.


Les produits Poches & Fils sont disponibles sur notre boutique en ligne et en magasin à la boutique du Dix-30. Venez les essayer !

Merci à Anthony Vendrame pour sa collaboration et son temps afin de répondre à nos questions!

 

Par Marianne Prégent

Révisé par Rédaction MF

crédits photos: Poche & Fils

Au coeur des entreprisesachat localau coeur de l'entreprisemodeEntrepreunariatPoche & fils