Category_Mode locale

Faire carrière en mode au Québec, une industrie fleurissante

Faire carrière en mode au Québec, une industrie fleurissante

L’industrie de la mode au Québec a connu plusieurs changements majeurs au courant des dernières décennies. Suite à l’ouverture des marchés internationaux et à l’abolition des quotas sur l’importation de produits vestimentaires en 2005, l’industrie a vécu une période de restructuration profonde due principalement à l’entrée massive de concurrents en provenance des pays émergents, notamment la Chine.

En réaction à ce changement et afin de demeurer viable, plusieurs entreprises québécoises n’ont eu d’autres choix que de délocaliser leur production à l’étranger. Le mode d’affaires traditionnel a changé. L’entreprise qui autrefois concevait, fabriquait et vendait au Québec, conçoit maintenant au Québec, fabrique à l’étranger et vend à travers le monde. Ce n’est pas sans surprise que ce changement drastique dans le modèle d’affaires a eu des conséquences sur l’industrie, notamment en ce qui concerne la main-d’œuvre.

La production étant délocalisée, plusieurs usines ont fermé leurs portes et les métiers de couturières et d’opérateurs de machines ont perdu de l’intérêt auprès de la population, principalement par manque de débouchés. Poursuivre des études dans un domaine lié à la mode était donc perçu comme risqué, puisque les postes encore disponibles au Québec ont longtemps été contingentés.

Crédit photo : Bruno Petrozza pour RH Mode

Une industrie bien vivante et en évolution!

Depuis les dernières années, on perçoit un regain de l’industrie dans la métropole et un réel désir de la part des entreprises québécoises de faire rayonner l’industrie de la mode d’ici sur le plan local et international. C’est de cette initiative qu’est née la nouvelle grappe métropolitaine de la mode (mmode), il y a un peu plus d’un an. Se penchant sur les principaux défis auxquels les entreprises de mode québécoises font face, mmode travaille actuellement sur quatre chantiers majeurs : l’image de marque de l’industrie, l’exportation, l’innovation et la main d’œuvre.

Comme me l’expliquait Mathieu St-Arnaud, directeur adjoint à la grappe mmode, l’industrie travaille actuellement sur sept grandes stratégies en lien avec la main-d’œuvre, notamment pour diagnostiquer les besoins en main-d’œuvre et en formation afin de mettre en place un plan stratégique au cours des prochaines années.

De nombreux postes en production, en développement et en commercialisation sont maintenant disponibles, mais la main-d’œuvre nécessaire n’est pas présente ni formée pour répondre à la demande. Pour pallier ce manque de main-d’œuvre, Connexion Vêtements organisait le 22 mars dernier la deuxième édition de l’événement RH Mode, en partenariat avec mmode.

Crédit photo : Bruno Petrozza pour RH Mode

RH Mode, une journée de réseautage dédiée à l’emploi

C’est dans une ambiance chaleureuse que les étudiants et travailleurs à la recherche d’un emploi en mode étaient invités à rencontrer des dizaines d’employeurs, d’écoles, d’entreprises de services et d’agences desservant l’industrie du vêtement et du textile. Parmi eux, on retrouvait des entreprises telles que La Vie en Rose, LOLE, Logistik Unicorp, Peerless Clothing, YOGA Jeans et plusieurs autres. En plus d’avoir la chance de se présenter aux recruteurs des différentes entreprises et de passer des entrevues minute, les participants ont également eu la chance de prendre part à des conférences et des panels sur des sujets très variés. Parmi la liste, les conférences pour bien réussir une entrevue et mettre en valeur son profil grâce aux médias sociaux étaient particulièrement intéressantes et reflétaient bien les réalités que les jeunes en recherche d’emploi doivent confronter.

Crédit photo : Bruno Petrozza pour RH Mode

Des panels inspirants et motivants

C’est par le biais de panels bien constitués que les participants ont pu faire le point sur la situation actuelle de l’industrie de la mode au Québec et sur les défis qu’elle apporte. Le premier panel, Créer son propre emploi : lancer une entreprise de mode locale, était animé par Alexandra Pagé, présidente et fondatrice de Glup Bébé, Ingrid Agbato, fondatrice de Coo-Mon et Marie-Eve Émond, fondatrice et designer de Betina Lou et en a certainement fait rêver plus d’un. Les entrepreneures ont su bien expliquer leur parcours respectif et ce qui les a poussées à se lancer en affaires. Outre leur passion indéniable pour ce qu’elles font, elles ont su expliquer les défis du marché de la mode québécoise.
La concurrence internationale à bas prix est certainement ce qui rend le développement des affaires le plus difficile. Comme le disait Marie-Eve : « Il faut apprendre à faire beaucoup avec pas grand-chose pour réussir à se démarquer dans l’industrie ». Le problème au Québec n’est certainement pas le manque d’idée, et plusieurs nouvelles marques voient aujourd’hui le jour grâce à des plateformes comme Etsy, soulignait Alexandra. Par contre, au Québec les entreprises saturent vite leur marché; c’est pourquoi il est important de bâtir un plan d’action à l’international dès le début, même si ce n’est pas facile. Les femmes d’affaires sont toutes d’accord pour dire que ce qui les motive est la collaboration et le partage qui existe au sein de l’industrie au Québec.

Crédit photo : Bruno Petrozza pour RH Mode

Un second panel, Faire carrière en mode : comment réussir son entrée dans l’industrie, a également permis aux participants de faire le point sur les possibilités d’emploi qui s’offre à eux aujourd’hui. Les nombreux panélistes issus d’entreprises diversifiées comme La Vie en Rose, Moose Knuckles, Stefanka, Canada Goose et l’agence Nancy Paquette se sont tous entendus pour dire que la clé du succès dans l’industrie de la mode est la personnalité et la motivation. Comme le mentionnait Émilie Santerre, coordonnatrice e-commerce chez La Vie en Rose, « Si les portes ne s’ouvrent pas, ouvrez les vous-même! ». Il est important de connaître sa propre valeur et de ne pas se diminuer lorsqu’on va passer des entrevues. Il faut être conscient de nos forces et nos faiblesses et de ce qu’on peut amener de plus au sein de l’entreprise.

La deuxième édition de RH Mode fut rafraichissante! L’industrie de la mode au Québec est en nouvel essor et il est beau de voir les entreprises et la relève partager des moments comme celui-ci ensemble. C’est grâce à des initiatives comme celle organisée par Connexion Vêtements et mode que l’industrie de la mode québécoise retrouvera le rayonnement local et international qu’elle avait autrefois.

En lire plus

Le zéro déchet : si on essayait?
Au cœur de l’entreprise : Annie Lespérance

Laisser un commentaire

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.